Quelle tenue de running adopter en hiver ?

Les options pour votre tenue de running sont nombreuses en hiver. C’est bien la météo à l’extérieur détermine la combinaison à adopter pour rester à l’aise sur vos sorties malgré les températures qui chutent.

Running d’hiver : optez pour plusieurs couches​

Ne pas s’habiller est la première erreur qui vient à l’esprit par temps froid, mais trop s’habiller peut être tout aussi problématique. Si vos couches sont trempées de sueur, c’est une recette pour le froid. Vous voulez essayer de garder votre corps au sec en hiver.

Quel est le secret pour rester au chaud et à l’aise lorsque vous êtes actif à l’extérieur ? Couches. La superposition de vos vêtements d’extérieur ajoute du confort en protégeant votre corps du vent, de l’eau et de l’humidité, et aide à réguler votre température pendant l’activité.

Il y a trois composants de base dans votre système de superposition : les couches de base, intermédiaire et externe.

La couche de base

C’est la couche en contact direct avec votre peau. Son objectif principal est de transporter ou d’évacuer l’humidité de votre peau et de la déplacer vers la surface du tissu où elle peut s’évaporer. Si votre sous-vêtement retient l’humidité, vous commencerez rapidement à avoir froid lorsque vous ralentirez ou vous arrêterez pour vous reposer. Choisissez une épaisseur ou un poids de tissu en fonction du froid et de l’activité que vous vous attendez à être. Recherchez des vêtements sans couture ou à coutures plates qui ne frottent pas contre votre peau lorsqu’ils sont combinés avec des couches extérieures ou avec un sac. Et visez un ajustement serré qui ne comprime pas. En savoir plus sur la façon de choisir les couches de base.

La couche intermédiaire

Cette couche ajoute de l’isolation, emprisonne la chaleur corporelle pour vous garder au chaud et continue de déplacer l’humidité vers l’extérieur. Les matériaux duveteux comme le molleton sont un bon choix car ils isolent sans être encombrants. Et ils sont très perméables à l’air, donc l’air chaud et humide peut facilement les traverser. Le molleton quadrillé et le molleton ultra-loft retiennent l’air chaud sans ajouter de volume. D’autres options de couche intermédiaire sont des pièces isolées légères et discrètes – elles peuvent peser moins et se comprimer bien dans votre sac tout en restant au chaud. Les couches intermédiaires doivent être suffisamment spacieuses pour accueillir une couche de base et permettre le mouvement, mais doivent toujours être quelque peu ajustées.

La couche externe

Votre dernière couche, vous protège des éléments. Selon le climat, vous voudrez peut-être une couche qui bloque le vent, évacue les précipitations ou fait les deux. Il est important que cette couche soit toujours respirante et permette à l’humidité de vos couches internes de s’échapper. Votre couche extérieure doit s’adapter facilement sur votre base et vos couches intermédiaires, sans être trop lâche pour que toute votre chaleur s’échappe. Et il devrait toujours vous permettre de vous déplacer librement. Vous voulez plus d’informations ? Obtenez des conseils supplémentaires sur la façon de choisir une veste de pluie.

N’oubliez pas qu’il est toujours préférable d’acheter des vêtements plus fins et de porter plusieurs couches. Cela crée des couches d’air entre les vêtements qui fournissent plus de chaleur qu’un vêtement épais. Et s’il fait trop chaud, vous pouvez facilement retirer une couche.

En vous habillant de manière optimale de l’intérieur vers l’extérieur, vous resterez à la fois au frais et au sec, ce qui vous permettra de vous entraîner plus dur et d’être plus performant.

Matériaux naturels ou synthétiques ?

Le type de tissu que vous choisirez dépendra du climat, du niveau d’activité et de la quantité de chaleur souhaitée. Certains tissus, comme le coton, ne sont pas idéaux pour la superposition car ils retiennent l’humidité et peuvent rapidement vous donner froid.

Les sous-vêtements synthétiques

Les tissus synthétiques comme le polyester et le polyester recyclé absorbent très peu d’eau, ils sèchent donc rapidement. Ces tissus ont une bonne élasticité et sont faciles à entretenir. Ils constituent d’excellentes couches de base, sauf qu’ils peuvent retenir les odeurs s’ils sont portés pour des voyages de plusieurs jours. Pour lutter contre cela, de nombreuses couches de base synthétiques ont des traitements antimicrobiens pour réduire les odeurs indésirables.

Les sous-vêtements en laine

Une couche de base en laine mérinos peut absorber jusqu’à 35 % de son poids en humidité et rester sèche au toucher puisque l’humidité est aspirée à l’intérieur des fibres. Il a une texture douce et pour le même poids, il sera plus chaud que les synthétiques. La laine est également naturellement résistante aux odeurs, c’est donc un bon choix si vous transpirez jour après jour. De plus, il est hautement respirant, idéal pour la régulation de la température et durable. Les inconvénients de la laine ? Il prend plus de temps à sécher, et il est susceptible d’être plus cher et moins durable que les synthétiques. Le bonus est que puisqu’il est naturellement antimicrobien, vous n’avez pas besoin de le laver aussi souvent.

Les couches intermédiaires synthétiques

Le molleton de polyester est une couche intermédiaire isolante classique. Il emprisonne l’air chaud, il est durable et absorbe très peu d’humidité. La toison peut être un peu encombrante cependant. Si l’espace et le poids sont un problème, vous pouvez choisir un molleton quadrillé ou très épais, ou opter pour une pièce isolée synthétique qui retient la chaleur tout en étant suffisamment compressible pour être transportée dans un très petit sac.

Les couches intermédiaires synthétiques

Les couches intermédiaires isolées en duvet ou en synthétique sont toutes deux de bonnes options si vous recherchez une combinaison de légèreté et de chaleur. Le duvet offre une chaleur incroyable pour le poids et peut durer très longtemps s’il est correctement entretenu. Lorsqu’il est mouillé, cependant, il perd une grande partie de sa valeur isolante et est lent à sécher. Les isolants synthétiques sont généralement moins chers que le duvet et sont plus faciles à entretenir, mais ils sont généralement plus lourds et plus volumineux. Ils sèchent également rapidement et conservent une grande partie de leur valeur isolante d’origine lorsqu’ils sont mouillés.

Les vestes pour le running d’hiver

Des tissus et des isolants imperméables et coupe-vent ainsi que des matériaux dans une couche extérieure permettent au reste du système de vêtements de fonctionner comme il se doit.

Les couches extérieures imper-respirantes

Ces pièces sont conçues pour les environnements humides où vous rencontrerez de la pluie et de la neige. Les tissus sont constitués de couches collées ensemble pour former un textile ; construction généralement à 2 couches, 2,5 couches ou 3 couches. Lorsque vous choisissez une couche imper-respirante, vous équilibrez le poids et la compressibilité contre la résistance à l’abrasion et la durabilité. Des caractéristiques telles que les revêtements déperlants durables (DWR) et les coutures étanches sont considérées comme standard sur les vêtements imperméables et respirants, et elles augmentent la capacité d’évacuation de l’eau et l’empêchent de pénétrer à l’intérieur. En savoir plus sur la façon de choisir une veste de pluie.

Les soft shell

Les soft shell sont des pièces polyvalentes qui sont chaudes, coupe-vent et protègent des précipitations légères. Ils offrent généralement une bonne respirabilité, ainsi que de l’extensibilité et du confort, mais ils n’offrent pas la même protection contre la pluie ou la neige que les vestes imper-respirantes. Cela dit, une coquille souple peut remplacer une couche isolante et une combinaison de coquille extérieure par un seul vêtement dans de nombreuses conditions – elles sont idéales pour les climats froids et secs.

Couches extérieures isolantes

Les vestes ou pantalons avec isolation intégrée sont conçus pour des conditions extrêmement froides. Ils ne sont pas aussi polyvalents que des pièces séparées lorsque vous effectuez des activités intermittentes, changez d’altitude ou rencontrez de grandes variations de température. Ils ont également tendance à être lourds, donc à moins que vous ne vous attendiez à porter une coque isolante tout le temps que vous sortez, vous voudrez probablement opter pour une configuration plus adaptable. Ils sont courants pour le ski alpin, à ranger dans votre sac pour prendre des pauses, à porter au camp ou même à rester au chaud dans les villes froides du Canada. Il n’y a pas de système parfait de vêtements superposés qui conviendra à toutes les circonstances. Mais la beauté des couches est que vous pouvez obtenir le bon mélange pour les conditions et pour votre niveau d’activité. Et si vous pensez rencontrer de la neige, un changement soudain de temps ou un retour plus tard que prévu, vous pouvez vous adapter – et vous pouvez toujours apporter une couche supplémentaire.

Gardez votre tête et vos mains au chaud

La chaleur s’échappant pour 30% par les extrémités, il est important de garder votre tête, vos oreilles et votre nez au chaud car ils sont des candidats de choix pour les gelures.

En général, vous voudrez une coiffe légère et respirante. Vos cheveux (si vous en avez) sont un isolant naturel. Par conséquent, sauf les jours de grand froid, un bandeau ultraléger  qui protège du vent et de l’humidité suffira.

Pour protéger votre cou et vos joues, les buffs sont nos préférées pour la course d’hiver. Leur polyvalence est inégalée ; vous pouvez l’utiliser comme une écharpe ou en faire une cagoule. 

Comme vos orteils, vos oreilles et vos joues, vos doigts sont à l’avant-garde des engelures. Cependant, pour la plupart des conditions de course par temps froid, vous n’avez besoin que d’une doublure de gant isolante et résistante aux intempéries.

Alors que les gants offrent une plus grande plage tactile, l’espace supplémentaire créé par des mitaines entre vos doigts permet à l’air chaud de circuler. Si vous êtes quelqu’un dont les mains ont tendance à rester froides quoi qu’il arrive, essayez de superposer : un gant de laine chaud peut être placé sur une fine doublure de gant pour une isolation supérieure.

Retour haut de page